Renault : Clap de fin pour le V6 essence

Le site AutoNews nous apprend en ce début de semaine la fin officielle du V6 essence dans un modèle tricolore. La dernière automobile ayant eu droit à cette « noblesse » a été le Coupé Laguna, PSA ayant déjà abandonné l’idée depuis un moment. Malheureusement, ce type de carburation n’aura pas survécu au nouveau barème du malus écologique et les rares grosses cylindrées tricolores ne carburent plus qu’au gasoil.

 

On ne peut pas dire que la nouvelle ait fait la une des journaux spécialisés ou non. Mais c’est un fait. L’industrie automobile française vous annonce dans sa rubrique nécrologique, la disparition du dernier V6 essence français. Nous parlons bien évidemment du bloc 3.5L de 240 ch (co-produit avec Nissan) qui équipait encore récemment la Renault Laguna Coupé.

 

Avec le système de bonus-malus mis en place ces dernières années, les ventes du modèle devaient déjà se compter sur les doigts d’une main dans l’Hexagone. Fiscalité oblige, les amateurs d’essence prêts à investir dans le « haut de gamme » français étant à priori plutôt rares chez nous. Mais même pas assez, cela est trop ! Les hautes sphères de nos têtes pensantes ayant décidé de stopper net cette infamie en mettant en place un nouveau barème de malus écologique que l’on peut qualifier de…meurtrier.

Avec la version 2013 du malus, et des rejets de CO2 de 230 g/km, la Laguna 3.5L V6 écopait ainsi de la peine maximale, c’est à dire une réévaluation de 6000 €, soit 13% de son tarif ! On comprend aisément pourquoi la firme au losange a préféré arrêter les frais et retirer cette offre de la gamme…en France. Eh oui, nos amis suisses peuvent encore profiter du V6 essence dans la gamme Renault.

On ne peut donc que constater que les rares objets roulants arborant encore un V6 sous leur capot, s’abreuvent désormais avec le vénéré gasoil. Pour le patriote défenseur de l’essence qui désire avoir un peu de puissance sous le pied droit, il ne reste plus que le 4 cylindres 2.0 turbo 265ch équipant la Renault Mégane RS…ou à acheter Allemand par exemple ! Mais là, fini le patriotisme…

Il serait facile d’accabler uniquement nos constructeurs sur le fait de ne pas avoir fait évoluer leurs motorisations essences haut de gamme et de ne pas avoir su les vendre. Mais ce serait oublier que les différents gouvernements ont, ces dernières années, tout fait pour favoriser d’une part le gazoil, et d’autre part la disparition du haut de gamme français. Ceci en privilégiant à outrance les petits modèles diesels, grâce au « peloton d’éxécution » bonus-malus. Ce dernier a été, et est encore, terrible pour l’industrie automobile française, qui n’a à ce jour, aucun espoir en France de développement vers le haut..!

Une page s’est définitivement tournée…

Ce contenu a été publié dans Non classé par lag68. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire